Consortage des Jeurs

 

Les Jeurs/Trient 30

Copie de la reconnaissance de Jean Depont et de ses consorts des Jeurs, pour les Raveires et les Héraux, en faveur de Gabriel Werraz, Laurent Kalbermatten et Marguerite de Ravoire, le 28 août 1589.

1589, 28 août. — Martigny-ville, in vila (sic) Martigniaci

L´acte est reçu par le notaire et commissaire Jean Médecin de Bagnes (Joanne Medici Bagniarum) demeurant à Sembrancher (Sancto Brancherio), dans la demeure de Laurent Kalbermatten (Laurentii Kalbermatteri), en présence de Michel Chapot (Michaele Chappot) des Jeurs (Joriarum), de Jean Vullioz (Joanne Vullioz) et de Claude Vullioz (Claudio Vullioz).

A. Minute XVIe siècle sur cahier de papier. Analyses du XVIIIe siècle et moderne au dos de l´acte. Cote ancienne A. C. Sion « C. 11 ». Les Jeurs/Trient 30.

Recognitio seu confessio Joannis filii quondam Joannis de Ponte responsoris

suo et suorum consortum nominibus de Joriis parrochie Martigniaci

In nomine domini Jesu Christi, amen. Anno a nativitate eiusdem domini sumpto currente millesimo quingentesimo octuagesimo nono et die vigesima octava [p. 2] mensis augusti, notum sit omnibus tam presentibus quam futuris, quod ad instantiam solempnem et vallidam requisitionem mei Joannis Medici notarii Bagniarum commorantis in Sancto Brancherio, veluti commissarii extentarum sive recognitionum nobilium, eximiorum et generosorum virorum Gabrielis Werraz burgensis Leucae, Laurentii Kalbermatteri civis civitatis Sedunensis vexiliarii vexilii Martigniaci, necnon nobilis Margaritae de Ravoria domina Grangiarum, per prelibatum reverendissimum dominum nostrum dominum Hiltebrandum de Ryedmatten, Dei gratia episcopum Sedunensem, prefectum et comitem patriae Vallesii, specialiter et expresse [p. 3] deputati et constituti prout de mea commissione et constitutione legitur constare, tenore mandati per prelibatum reverendissimum dominum nostrum dominum Sedunensem episcopum concessi debite sigillo camerae eiusdem reverendissimi domini sigillati, et per egregium virum Joannem Gardi notarium Bagniarum commorantem Martigniaci signati, sub anno predicti millesimo quingentesimo octuagesimo nono et die quarta mensis augusti, ibidem presentis, instantis, stippullantis, requirentis more publice personae vice nomine et ad opus prefatorum nobilium Gabrielis Werraz, Laurentii Kalbermatteri et Margaritae de Ravoria [p. 4] et suorum heredum et successorum quoruncunque ac omnium et singulorum aliorum quorum interest, intererit aut alias quomodolibet in futurum interesse poterit, Coramque me jam dicto notario et commissario subsignato ac in testium inferius nominatorum presentia, fuit ibidem personaliter constitutus Joannes filius quondam Joannis de Ponte Joriarum parrochie Martigniaci.

Qui nullis vi, dolo neque metu ad hoc inductus, coactus nec circonventus, verum de suis factis et juribus plenarie, ut asserit, in hac parte informatus et certifficatus, ac sciens, gratis et sponte motus, pro se suisque heredibus ac successoribus universis, [p. 5] confitetur publice ac palam, manifesteque recognoscit prout si foret ea ratione coram suo proprio judice ordinario et competente personaliter evocatus, se esse velleque esse et esse debere, seque constituit responsorem et avantarium redditus infra scripti erga prefatos nobiles Gabrielem Werraz, Laurentium Kalbermatterum et Margaritam de Ravoria et suos procuratores et reddituum censuumque exactores et recuperatores usque ad alias novas recognitiones fiendas tantum, seque et suos jam dictos debere tenerique legittime solvere, pacifice absque aliquo judicii strepitu, prefatis nobilibus Gabreli (sic) Werraz, Laurentio Kalbermattero [p. 6] et Margaritae de Ravoria et suis jam dictis, videlicet duos quartos cum uno forte redditus annualis perpetui annis singulis in quolibet festo omnium sanctorum solvendos, super una pecia prati continente circa sex falcatas cum grangiis et edifficiis intro sitis et existentibus novissime in pluribus recognitionibus recognitis nobili Jullianae Patrici in manibus egregiorum virorum Joannis Chabresii Sallionis et Anthonii Berodi Sancti Mauricii Aganensis, commorantum in burgo Martigniaci, notariorum suorum, commissariorum ad haec tunc deputarorum, per Joannem de Ponte de Joriis et nonnullos alios in eisdem recognitionibus [p. 7] nominatos ; que petia jacet in territorio Joriarum loco dicto es Raveyres des Heraux seu in plano de laz Meynaz, juxta pratum dicti Joannis responsoris superius ex occidente et partim a vento, pratum Joannis Boson etiam ex vento, et juxta communia ex aliis partibus ; quam petiam tenent dictus Joannes de Ponte, responsor et avantarius, presens et confitens, Franciscus Bosson tutorio nomine Joannis Boson, presens et confitens, Joannes filius quondam Petri Dupont, suo et Johannetae filie Jacobi Boson nominibus absentis, Jacobus Vullioz suo et Jacqueme suae uxoris filie quondam Francisci [p. 8] Bosson absentis nominibus, Anthonius Vullioz suo et suarum sororum absentium nominibus, Joannes Bosson nomine Jacobi Boson sui patris absentis ; qui quidem Jacobus Vullioz, Anthonius Vullioz, Joannes Bosson ibidem presentes confitentur tam eorum propriis nominibus quam eorundem absentium pro quibus se fortes gerunt, eosdemque laudare et rattificare facere promittunt quotiescunque ad hoc debite requisiti fuerint, juramentis suis et sub obligatione omnium bonorum suorum quoruncunque ;

promittentes insuper dicti responsor ac eiusdem feudi consortes, nominibus premissis quibus ipsorum quantum sua interest et ad quemlibet eorundem [p. 9] concernit concernereque ac tangere potest huiusmodi feudi consortium, pro se et suis predictis heredibus quibuscunque, juramentis suis super sanctis Dei scripturis corporaliter prestitis et sub obligatione dictae pecie feudalis superius confinatae, specifficatae et recognitae, omniumque suorum aliorum bonorum mobilium et immobilium, presentium et futurorum quoruncunque, hanc presentem recognitionem omniaque et singula in presenti recognitionis instrumento contenta, narrata et descripta, rata, grata, firma et vallida habere, tenere, complere et perpetue observare, nec unquam contrafacere, dicere, opponere seu venire ;

quynimo dictum redditum superius recognitum et debere confessare eisdem prefatis nobilibus [p. 10] Gabreli (sic) Werraz, Laurentio Kalbermattero et Margaritae de Ravoria sive eorundem procuratoribus et exactoribus ; dictus Joannes de Ponte responsor et avantarius et dicti feudi consortes, nominibus premissis, in manibus dicti responsoris eorum ratam dicti redditus solvere et expedire ac deservire promiserunt, necnon eundem redditum una cum pecia superius confinata et recognita iterum de novo manifestare, declarare, recognoscere et confiteri, ad opus prefatorum nobilium Gabrielis Werraz, Laurentii Kalbermatteri et Margaritae de Ravoria et suorum jam dictorum, quotiescunque ad hoc legittime requisiti fuerint [p. 11] sub poena expensarum, et interesse inde fiendorum et sustinendorum ;

renunciantes preterea dicti responsor et eiusdem feudi consortes nominibus premissis, virtute suorum juramentorum superius prestitorum, omnibus et singulis juribus et facti auxiliis et beneficiis ac remediis quibus mediantibus quicquam contra premissa aut ipsorum aliqua facere, dicere, ire vel venire possent aut in aliquo se juvare, deffendere vel tueri per se vel per alium seu alios in judicio vel extra quomodolibet in futurum, et maxime juribus dicentibus confessiones seu recognitiones extra judicium et non coram suo proprio judice ordinario et competente factas minime vallituras, jurique dicenti [p. 12] generalem renunciationem non valere nisi speciali precedente ;

protestantes insuper tam ego jam dictus commissarius quam dicti responsor et eiusdem feudi consortes, nominibus quibus supra, in principio, medio et fine huiusmodi recognitionis de addendo que legittime fuerint addenda et detrahendo que fuerint detrahenda, tenore precedentium recognitionum semper servato ;

protestantes denique dicti responsor et eiusdem feudi consortes, nominibus quibus agunt in quantum ipsos concernit de eorum querentibus si quos habeant tam ad formam precedentium recognitionum quam eorum jurium quibus derogare non intendunt.

Actum in vila (sic) Martigniaci, domi [p. 13] prefati eximii viri Laurentii Kalbermatteri, presentibus ibidem honestis viris Michaele Chappot Joriarum, Joanne Vullioz et Claudio Vullioz testibus ad haec vocatis et rogatis.

Anno 1602 et die 12 novembris consortes omnes avantarii solverunt eidem avantario redditus omnes usque ad novas recognitiones fiendas de quibus ??? presente Jacobo Lugon notario.

Traduction :

Reconnaissance ou aveu de Jean, fils de feu Jean Depont, avantier,

en son nom et en celui de ses consorts des Jeurs de la paroisse de Martigny

Au nom du seigneur Jésus Christ, amen. L´an mille cinq cent quatre vingt neuf de la naissance du Seigneur, le vingt-huitième jour du mois d´août, qu´il soit connu tant aux présents qu´aux futurs, que à l´instance solennelle et sur la requête valide de moi, Jean Médecin (Joannis Medici) de Bagnes (Bagniarum), notaire, demeurant à Sembrancher (Sancto Brancherio), en tant que commissaire des extensions ou des reconnaissances des nobles, éminents et généreux Gabriel Werraz (Gabrielis Werraz), bourgeois de Loèche (Leucae), Laurent Kalbermatten (Laurentii Kalbermateri), citoyen de la ville de Sion, porte-enseigne (vexiliarii) de la bannière (vexilii) de Martigny, et noble Marguerite de Ravoire (Margaritae de Ravoria) dame des Granges (domina Grangiarum), spécialement et expressément député et constitué par notre susdit révérendissime seigneur, sire Hildebrand de Riedmatten [1] (Hiltebrandi de Ryedmatten), par la grâce de Dieu évêque de Sion, préfet et comte du Valais, selon que sur ma commission et constitution on lit et constate par la teneur du mandat concédé par notre susdit révérendissime seigneur le sire évêque de Sion, scellé par le sceau de la chambre du révérendissime seigneur, et signé par l´éminent Jean de Garde (Joannem Gardi) de Bagnes (de Bagniis), notaire, demeurant à Martigny, en l´an mille cinq cent quatre vingt neuf, le quatrième jour du mois d´août, ici-même présent, réclamant, stipulant, requérant et recevant selon la coutume, publiquement, au nom, en faveur et à l´intérêt des susdits nobles Gabriel Werraz, Laurent Kalbermatten et Marguerite de Ravoire, et de leurs héritiers et successeurs quels qu´ils soient, et de tous et chacuns autres que cela concerne, aura concerné ou pourra concerner à l´avenir d´une quelconque façon, et devant moi, susdit notaire et commissaire souscrit, et en présence de ceux nommés plus bas, fut constitué en sa personne Jean (Johannes), fils de feu Jean Depont (Johannis de Ponte) des Jeurs (Joriarum) de la paroisse de Martigny.

Lequel, par aucune contrainte, tromperie ni crainte conduit et forcé ou circonvenu à cela, mais au contraire pleinement informé et assuré de ses fait et droits, à ce qu´il affirme, et motivé en toute connaissance de cause, gratuitement et spontanément, pour lui et pour ses consorts de fief et pour leurs héritiers et successeurs quels qu´ils soient, avoue publiquement et ouvertement et reconnaît manifestement, comme s´il avait été personnellement convoqué devant son propre juge ordinaire et compétent pour cette raison, être, vouloir être et devoir être, et s´est constitué responsable (responsorem) et avantier (avantarium) de la rente décrite plus bas envers les susdits nobles Gabriel Werraz, Laurent Kalbermatten et Marguerite de Ravoire, et leurs procurateurs et percepteurs de rentes et de cens et collecteurs, jusqu´aux autres nouvelles reconnaissances à venir seulement, et lui et les siens déjà cités devoir et être tenus légitimement payer, pacifiquement et sans tapage en justice, aux susdits nobles Gabriel Werraz, Laurent Kalbermatten et Marguerite de Ravoire, et aux leurs susdits, savoir deux quarts et un fort (cum uno forte) de rente annuelle et perpétuelle, à payer annuellement à chaque fête de la Toussaint, sur une pièce de pré contenant environ six fauchées, avec ses granges et ses bâtiments existants, reconnus tout récemment dans plusieurs reconnaissances envers la noble Jullienne Patrici (Jullianae Patrici) entre les mains des éminents Jean Chabreis (Joannis Chabresii) de Saillon (Sallionis) et Antoine Berod (Anthonii Berodi) de Saint-Maurice (Sancti Mauricii Aganensis), demeurants à Martigny-bourg, ses notaires et commissaires à cela alors députés, par Jean Depont des Jeurs et quelques autres nommés dans ces mêmes reconnaissances ; laquelle parcelle s´étend au territoire des Jeurs au lieu dit les Raveires des Héraux (es Raveyres des Heraux) ou au plan de la Ménaz (in plano de laz Meynaz), à côté du pré du dit Jean, responsable, en haut à l´ouest et en partie sous le vent, du pré de Jean Boson (Joannis Boson) sous le vent, et à côté des communaux sur les autres côtés ; parcelle que tiennent le dit Jean Depont, responsable et avantier, présent et avouant, François Boson (Franciscus Bosson) au nom de tuteur de Jean Boson (Joannis Boson), présent et avouant, Jean (Joannes) fils de feu Pierre Depont (Petri Dupont), en son nom et en celui de Jeannette (Johannetae), fille de feu Jacques Boson (Jacobi Boson), absente, Jacques Vullioz (Jacobus Vullioz), en son nom et en celui de Jacquemette (Jacqueme) sa femme, fille de feu François Boson (Francisci Bosson), absente, Antoine Vullioz (Anthonius Vullioz), en son nom et en celui de ses sťurs, absentes, Jean Boson (Joannes Bosson), au nom de Jacques Boson (Jacobi Boson) son père absent. Lesquels Jacques Vulioz, Antoine Vullioz, Jean Boson présents ici-même, avouent tant en leurs noms propres qu´en celui des absents, pour lesquels ils se portent garants et promettent de leur faire approuver et ratifier chaque fois qu´ils en seront dûment requis, par leur serments et sous l´obligation de tous leurs biens quels qu´ils soient.

Promettant en outre le dit responsable et ses consorts de fief, au nom des susdits dans la mesure ou cela les intéresse et concerne et peut concerner et toucher chacun des consorts de ce fief, pour eux et pour leurs susdits héritiers quels qu´ils soient, par leurs serments prêtés corporellement sur les saintes écritures de Dieu, et sous l´obligation de la dite parcelle tenue en fief (feudalis), délimitée, spécifiée et reconnue plus haut, et de tous leurs autres biens meubles et immeubles, présents et à venir, quels qu´ils soient, de considérer, tenir, remplir et perpétuellement observer la présente reconnaissance et toutes et chacunes des dispositions contenues, racontées et décrites dans le présent acte de reconnaissance, comme justes, acceptées, fermes et valides, et de ne jamais rien faire, dire, opposer, faire ou venir contre elles ; et en outre, de confesser devoir la dite rente reconnue plus haut aux susdits nobles Gabriel Werraz, Laurent Kalbermatten et Marguerite de Ravoire ou à leurs procurateurs et percepteurs ; le dit Jean Depont, responsable et avantier, et ses dits consorts de fief, au nom des susdits, ont promis de payer et expédier et verser leur part de la dite rente entre les mains du dit responsable, et de manifester, déclarer, reconnaître et avouer de nouveau et derechef la même rente en même temps que la parcelle délimitée et reconnue plus haut, en faveur des précités nobles Gabriel Werraz, Laurent Kalbermatten et Marguerite de Ravoire et des leurs déjà cités, chaque fois qu´ils en seront légitimement requis, sous peine de dépenses.

Renonçant pour cela le dit responsable et ses dits consorts de fief, au nom de ceux-ci-dessus, par la vertu de leurs serments prêtés plus haut, à tous et chacuns des droit et aides de fait, bénéfices et remèdes au moyen desquels ils pourraient agir, dire, aller ou en venir contre les promesses ou quelques unes d´entre elles, ou s´aider, se défendre ou se protéger par eux ou par un autre ou par d´autres en justice ou ailleurs, de quelque façon que ce soit, à l´avenir, et surtout les aveux ou reconnaussances faites à des juges en dehors de la justice et non pas devant leur propre juge ordinaire et compétent, n´avoir pas de valeur du tout, et une renonciation générale devant un juge n´avoir pas de valeur sans avoir été précédée d´une renonciation spéciale.

Protestant en outre tant le dit commissaire que le dit responsable et ses consorts de fief, au nom de ceux-ci-dessus, au début, au milieu et à la fin de la présente reconnaissance, que si plus ou moins ou autrement que de droit aura été reconnu, il faut ajouter ce qui devra légitimement être ajouté, et retirer ce qui devra être retiré, la teneur des précédentes reconnaissantes étant toujours conservée.

Fait à Martigny-ville, dans la demeure du susdit éminent Laurent Kalbermatten, en présence des honnêtes Michel Chapot (Michaele Chappot) des Jeurs, de Jean Vullioz (Sancti Joanne Vullioz) et de Claude Vullioz (Claudio Vullioz), témoins appelés et requis à ces promesses.

Bien que recopié par une main étrangère, je l´ai reçu comme ci-dessus. Commissaire Jean Médecin, notaire.

En l´an 1602, le 12e jour de novembre, tous les consorts ont payé au même avantier toutes les rentes jusqu´aux nouvelles reconnaissances qui doivent être faites, au sujet desquelles (...) en présence du notaire Jacques Lugon (Jacobo Lugon).



[1] Hildebrand Ier de Riedmatten (Münster, vers 1520-1525-24 novembre 1604), évêque de Sion de 1565 à 1604. Cf. Portraits des évêques de Sion, p. 51-53.