Fondation des Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice image de texte ancien
La Fondation
Archives de l'Abbaye
Fonds d'archives
Rechercher
Inventaires
Thésaurus
Edition de sources
Publications
Plan du site
Liens

 

Fondation des Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice (Suisse)

Email : info@digi-archives.org


 

SUR CETTE PAGE :
 
Introduction
Histoire de l'Abbaye
Le projet de la Fondation : le classement et l'inventaire des archives
Le projet de la Fondation : la numérisation des archives
Le projet de la Fondation : la restauration des archives
Pour les propriétaires de fonds : services et possibilités
Soutenez la Fondation !

 



 

 

 

Introduction

 

Consciente du fait que sa mémoire est un bien collectif, l'Abbaye de Saint-Maurice, comme les autorités de l'Église l'y invitent, entend ouvrir ses archives à tous ceux, chercheurs émérites ou simples amateurs que cela intéresse.

C'est pourquoi la Fondation des archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice a été créée en juin 2000, se donnant pour mission d'appuyer les autorités de l'Abbaye dans leurs efforts d'ouverture des archives.

La Fondation s'est donnée pour missions :

- d'assurer la sauvegarde, la conservation, le classement, l'inventorisation et la mise en valeur des archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice.

- de pourvoir à la restauration des documents endommagés.

- de contribuer à la publication des travaux d'inventaire en vue de promouvoir la recherche historique.


LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE L'HISTOIRE

La Fondation veille au respect des exigences scientifiques, techniques, pratiques et financières que l'ouverture des archives historiques de l'Abbaye implique.

Pour que la généreuse mise à disposition de ce patrimoine écrit n'engendre pas des manipulations répétées et donc une usure qui pourrait être fatale aux documents les plus fragiles - qui sont souvent les plus précieux - la Fondation fait appel à la technologie la plus récente : au fur et à mesure de leur inventoriage, les documents sont numérisés. Il existe de ce fait, précaution indispensable, des copies de sécurité. De plus, les documents ainsi traités peuvent être consultés à volonté et sans dommage, non seulement sur place mais également d'un bout à l'autre de la planète grâce à notre site Internet. À terme, les médiévistes en charge des archives à Saint-Maurice, pourront apporter leur aide et leur expérience aux chercheurs opérant sur le Web.


UNE ENTREPRISE D'INTERET PUBLIC

Les archives sont constitutives de l'institution dont elles émanent : elles attestent son patrimoine, témoignent de son organisation et de son fonctionnement.

Si l'abbaye est dite " territoriale " en ce sens qu'elle est une juridiction ecclésiastique, elle jouissait jusqu'à la fin de l'Ancien Régime d'une autonomie remarquable avec sa propre administration, avec sa juridiction temporelle sur divers biens sis sur les territoires actuels de l'Italie, de la France et de la Suisse et avec sa juridiction spirituelle sur les paroisses qui lui appartenaient.

Au même titre que celles d'un État, les archives de l'abbaye de Saint-Maurice sont d'intérêt public. Produit d'une institution culturelle par excellence, elles sont un dépositaire privilégié des valeurs fondamentales de notre société.

 


Membres du Conseil de Fondation


Me Jean-Paul DUROUX
Avocat et notaire
Saint-Maurice
Président de la fondation et président du bureau exécutif de la fondation

Monsieur le Chanoine Olivier RODUIT
Archiviste, bibliothécaire et procureur de l’Abbaye
Vice-président du bureau exécutif de la fondation

Secrétaire
Madame Françoise VANNOTTI
Archiviste-paléographe
Sion
Membre du bureau exécutif de la fondation

Trésorier
Monsieur Georges COUTAZ
Saint-Maurice
Membre du bureau exécutif de la fondation

Monsieur Bernard ANDENMATTEN
Professeur d’histoire médiévale à l’Université de Lausanne ( UNIL)

Monsieur le Chanoine Giovanni POLITO
Aumônier UNIL-EPFL
Lausanne

Monsieur Gilbert COUTAZ
Directeur des Archives cantonales vaudoises
Lausanne

Monsieur Beat NÄF
Professeur d’histoire ancienne à l’Université de Zürich

Monsieur Pierre Alain MARIAUX
Professeur d’histoire de l’art et de muséologie à l’Université de Neuchâtel

Monsieur Justin THORENS
Ancien recteur de l’Université de Genève
Corsier-Genève

 

Retour au sommet de la page

 

Histoire de l'Abbaye

 

 

Pour en savoir plus, voyez, disponible en ligne ici :

Dupont Lachenal, Léon, L'Abbaye de Saint-Maurice d'Agaune : Notes historiques

 

 

Introduction

L'Abbaye de Saint-Maurice doit son origine au sanctuaire élevé sur le tombeau de saint Maurice et de ses Compagnons martyrs, soldats originaires de Thèbes en Égypte, morts en Valais témoins de leur foi vers la fin du IIIe siècle.

Saint Théodore, évêque d'Octodure, rassemble les corps des Martyrs dans de grands caveaux au pied d'une falaise, vers 380. Saint Sigismond, futur roi des Burgondes fils du célèbre Gondebaud, fonde le monastère qu'il dote et, le 22 septembre 515, il inaugure la louange perpétuelle, tandis que l'abbé saint Ambroise (516-520) élève une nouvelle basilique contiguë au sanctuaire primitif. Le Monastère d'Agaune ainsi fondé comprend une communauté de moines préposés à la garde du sanctuaire et à l'accueil des pèlerins.

Au IXe siècle, des chanoines succèdent aux moines ; en 1128, ils adoptent la Règle de saint Augustin. Ce sont désormais des chanoines réguliers et ce, jusqu'à maintenant.

Le culte des Martyrs se développe. La terre d'Agaune devient un centre spirituel du second royaume de Bourgogne (888-1032), puis de la dynastie des Savoie.

Dès l'origine, l'Abbaye possède son baptistère ; des privilèges pontificaux et royaux la placent sous l'immédiate dépendance du Siège apostolique. Les abbés de Saint-Maurice jouissent du pouvoir temporel, et parfois spirituel, sur nombre de bourgades et hameaux. L'Abbaye, exempte de toute juridiction épiscopale, devient nullius dioeceseos (on dit actuellement " abbaye territoriale "). L'abbé y exerce une juridiction propre sur le clergé et les fidèles d'un petit territoire d'une superficie d'environ 9685 ha.

Comme Chapitre de Chanoines réguliers, l'Abbaye de Saint-Maurice forme une Congrégation canoniale autonome, affiliée à la Confédération des Chanoines réguliers de saint Augustin. Elle compte 65 membres, dont un évêque, un abbé et 58 prêtres. 36 résident à l'Abbaye, 9 exercent la charge d'âmes dans le Territoire abbatial, 16 dans le diocèse de Sion, 9 sont professeurs au Collège, 5 sont en ministères dans d'autres diocèses et 3 continuent leurs études. Une vingtaine de chanoines résidants à l'Abbaye exercent aussi un autre ministère.


Le martyre de saint Maurice et de ses Compagnons

La longue histoire de l'Abbaye de Saint-Maurice est intimement liée à celle de la ville du même nom.

La petite cité de Saint-Maurice est née dès l'époque préhistorique. Elle s'appelait alors " Acaunus ", nom d'origine celtique faisant allusion à une roche pointue, sans doute la " Cime de l'Est " qui domine la région. Le temps a fait évoluer le nom qui devient " Agaunum " à l'époque romaine. Dans l'étroit défilé par où le Rhône s'échappe du Valais pour courir vers le Lac Léman, l'Empire romain avait installé une garnison qui contrôlait le passage. En effet, Agaunum était sur la route du Summus Poenius (Col du Grand-Saint-Bernard) qui conduisait soit vers la Germanie rhénane, soit vers la Gaule septentrionale.

C'est ainsi que sous le règne simultané de Dioclétien et de Maximien, à la fin du troisième siècle, une troupe fut appelée d'Égypte, pour appuyer Maximien affronté aux Bagaudes et aux Alamans. Ces soldats s'appelaient thébains, du nom de Thèbes (Louqsor) en Haute-Egypte. Cette troupe campait près d'Agaune et Maximien voulut contraindre ces soldats chrétiens à agir contre leur conscience en sacrifiant aux dieux et en persécutant d'autres chrétiens. Saint Maurice et ses compagnons décidèrent d'obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes et ils périrent sous le glaive de la discipline romaine.

Vers 430, Saint Eucher, évêque de Lyon, écrivit le récit de ces événements dans la " passion des martyrs d'Agaune ". Un autre récit, anonyme, éclaire sous un aspect cet événement.


La fondation de l'Abbaye

Le premier évêque du Valais, saint Théodule, bien attesté dans l'histoire de l'Église pour sa participation au Concile d'Aquilée en 381, avait son siège épiscopal à Octodure, aujourd'hui Martigny. C'est lui qui rassembla les restes des martyrs thébains, au lieu-dit Vérolliez, et les déposa dans un premier sanctuaire au pied de la falaise rocheuse d'Agaune, vers 370 après J.-C.

L'endroit est déjà sacré : c'est un lieu de prière et de sépulture. On y trouve un sanctuaire dédié aux Nymphes, à côté d'une source vive qui chante aujourd'hui encore les bontés du Créateur. Bientôt les pèlerins accourent : le sanctuaire est agrandi et on construit un hospice pour les accueillir.

À la domination romaine succéda bientôt le royaume des Burgondes. L'un de ses princes, Sigismond, fonda le monastère qui intégra la première fondation de saint Théodule. Des groupes de moines provenant de l'Ile-Barbe et de Grigny (région lyonnaise), de Condat, l'actuel Saint-Claude, et de Romainmôtier (région du Jura), formèrent, avec la communauté locale, un groupe de cinq chœurs qui inaugurèrent en Occident la " Laus perennis ". Cette forme liturgique fleurit plus tard dans d'autres monastères des Gaules, à l'imitation d'Agaune.

Le monastère fut inauguré solennellement le 22 septembre 515. Saint Avit, évêque de Vienne sur le Rhône prononça l'homélie. En 524, Sigismond fut tué avec sa famille par le roi franc Clodomir, suite sans doute d'une vengeance personnelle. On rapporta d'Orléans ses restes pour les déposer dans la chapelle Saint-Jean, devenue plus tard l'église paroissiale Saint-Sigismond à Saint-Maurice.

l'Abbaye


Bibliographie sommaire

 

L'Abbaye de Saint-Maurice d'Agaune, 515-2015. Vol. 1. Histoire et archéologie. Vol. 2 : Le trésor. Gollion 2015.

Dupont Lachenal, Léon, L'Abbaye de Saint-Maurice d'Agaune : Notes historiques , tiré à part des Echos de Saint-Maurice 1973, nos 1 et 2.

Jean-Marie Theurillat, L'Abbaye de Saint-Maurice d'Agaune des origines à la réforme canoniale, 515 - 830 environ, dans Vallesia 9, 1954, 1-128.

Gilbert Coutaz, etc., Les chanoines réguliers de Saint-Augustin en Valais : Le Grand-Saint-Bernard, Saint-Maurice d'Agaune, Les prieurés valaisans d'Abondance. Bâle, Francfort-sur-le-Main, Éditions Helbing et Lichtenhahn, 1997, 564 p. (Helvetia sacra, Section IV, volume 1). [avec une bibliographie récente et complète].

Remo Becci, Le chartrier de l'Abbaye de Saint-Maurice d'Agaune (1128-1292) : édition et présentation, 5 vol., thèse pour le diplôme d'archiviste paléographe, École nationale des Chartes, Paris, 1997.

Louis Blondel, "Les anciennes basiliques d'Agaune, étude archéologique", dans Vallesia 3, 1948, p. 9-57 [un peu vieilli].

Daniel Thurre, L'atelier roman d'orfèvrerie de l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune (1155-1225) : synthèse, essai critique, Sierre, Monographic, 1992 [avec bibliographie exhaustive sur les pièces du trésor de Saint-Maurice].

 

Retour au sommet de la page

 

Classement et inventaire des Archives

 

image d'un moine copiste

A la suite de diverses dévastations, les archives abbatiales ne conservent que de trop rares témoignages pour le premier millénaire. Les premiers originaux datent du Xe siècle.

Au cours du Moyen Age, les documents d’archives deviennent de plus en plus nombreux, mais ce n’est qu’au XVIIe siècle que commence l’organisation des archives. Les constitutions de 1637 prévoient la mise en commun de toutes les archives. En 1685 un premier inventaire est dressé par Samuel Bolliet. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le chanoine Joseph Hilaire Charles rédigea un nouvel inventaire systématique. Cet inventaire était jusqu’il y a peu la seule clef d’accès aux archives abbatiales. C’est à cette époque que l’on construisit de beaux meubles à tiroirs pour y ranger les documents inventoriés par Charles.

 

Depuis lors, de nombreux documents sont entrés aux archives, sans faire l’objet ni de classement, ni d’inventaire, rendant leur accès très difficile.

Durant l’hiver 1999-2000, suite à de nombreuses consultations et études, le local historique des archives a été entièrement rénové et on lui a adjoint une salle de travail.

En juin 2000 a été constituée la Fondation des archives historiques de l’Abbaye de Saint-Maurice qui a mis en route les travaux actuels.

L’inventaire informatique

Aujourd’hui, nous avons axé notre travail sur la recherche historique. Nous trions d’abord sommairement les documents, puis plus finement.

Contrairement à nos prédécesseurs, nous pouvons jouir des bienfaits de l’informatique. Grâce à des bases de données adaptées à nos besoins, les lecteurs pourront accéder facilement aux données qui l’intéressent. Nos analyses ne se limitent pas à une description générale d’un registre, mais se portent aussi de chaque acte qu’il contient, pris individuellement. Ce travail d’inventorisation est collectif: une dizaine de collaborateurs travaillent à ce grand oeuvre dans une salle au 4e étage de l’Internat.

image de la salle de travail des archivistes
Salle de travail : les collaborateurs chargés de l'inventaire

 

Retour au sommet de la page

 

 

 

Numérisation des Archives

 

Une des raisons principales de la détérioration d’une pièce d’archives est sa manipulation. On la déplie, on la replie, on la met à la lumière, on lui fait subir des chocs thermiques, on dépose sur elle les corps gras et les salissures que l’on a sur les doigts, etc.

Jusqu’il y a peu, les conditions d’accès aux Archives, très restrictives, ont limité au maximum la consultation des documents. Le fait d‘ouvrir notre dépôt aux chercheurs sera en quelque manière dommageable pour les pièces conservées. De nouveaux moyens techniques mis récemment à notre disposition nous permettent d’éviter une consultation trop fréquente des originaux: les lecteurs auront à leur disposition une image numérisée présentant un fort taux de lisibilité.

 

Image du scanner

Données techniques

Machine: SCANNER DIGIBOOK 6002RGB
Format maximal: 85 x 60 cm
Éclairage froid sans émission de rayons UV
Résolution maximale:A4 = 400 dpi,A2 = 250 dpi
Résolution utilisée: 200 dpi
Taille des images numérisées:A4 = 12 Mo
Taille des images comprimées:A4 = 1 Mo
Temps pour numériser deux pages A4: 30 secondes

Le scanner de la Fondation

 

Retour au sommet de la page

 

 

 

Conservation et restauration des Archives

 

 

Depuis le XVIIIe siècle, les archives de l’abbaye sont déposées dans une salle qui faisait antérieurement fonction de cuisine. C’est une salle voûtée aux murs très épais percés de deux petites fenêtres;elle communique avec le reste des bâtiments conventuels par une unique porte de métal. Elle a été réaménagée en 2000; les conditions de température (entre 15 et 20 °C) et d’hygrométrie (55%) sont naturellement optimales pour la conservation des papiers et parchemins.

La paroi nord des archives est recouverte par des meubles à tiroirs datant de la fin du XVIIIe siècle. Le sol est composé de pierres du Rhône patinées par le temps.

On ignore où étaient conservées les archives au moment de l’incendie dévastateur qui anéantit en 1693 la majeure partie de l’abbaye et de la ville et dont les archives sortirent indemnes.

Au cours des temps, les documents d’archives subissent des dommages qu’il convient de réparer:

Un atelier de restauration

• Infiltration d’eau, d’où des documents tachés, des écritures
effacées, des papiers fragilisés, la présence de micro-organismes pouvant détruire le papier.
• Invasion d’insectes, laissant de petits trous.
• Présence de rongeurs croquant à belles dents papiers et parchemins.
• La lumière brunissant les papiers, effaçant les écritures.
• La consultation trop intensive des documents, d’où des reliures qui se démontent.
• Des catastrophes telles qu’incendies ou inondations (auxquels les archives de Saint-Maurice ont miraculeusement échappé).

La conservation ne peut revenir sur ce qui est détruit, mais vise à rendre nos documents plus solides pour leur permettre de poursuivre leur vie dans les siècles futurs dans les meilleures conditions possibles :

• en conditionnant les pièces dans des boîtes sans acidité.
• en détruisant les micro-organismes.
• en comblant les vides laissés par les rongeurs.

 

Retour au sommet de la page

 

 

 

Pour les propriétaires de fonds : services et possibilités

 

 

Préservation et mise en valeur par le conditionnement, le classement, la mise en inventaire, la restauration, la numérisation, la publication sur Internet de votre fonds d'archives patrimonial

 

Vous êtes propriétaire d'un fonds d'archives. Vous avez l'intention de le préserver pour la postérité sur un support de conservation adéquat et de le mettre en valeur par une ouverture virtuelle au public.

Le site digi-archives.org a pour mission de répondre à ces intentions.

La Fondation des archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice dispose d'un instrument de travail éprouvé et d'une expérience permettant de réaliser ces objectifs.

La plate-forme Digi-Archives est à votre disposition.

Situation

Votre fonds est inventorié selon les normes en vigueur (ISADG), numérisé selon les critères de qualité usuels en la matière, les regestes sont reliés aux images : la plate-forme Digi-Archives vous accueille avec plaisir.

Votre fonds n'est pas prêt à être ouvert au public : Digi-Archives vous donne la marche à suivre.

Prestations de la Fondation des archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice :

- la Fondation évalue le travail à effectuer et présente un devis pour acceptation au propriétaire du fonds.

- propose le contrat de travail qui lie le propriétaire du fonds d'archives à la Fondation.

- prend en charge les divers dépôts provisoires d'archives, conformément aux usages professionnels en vigueur. Elle assure la cotation et l'inventaire des documents non inventoriés, selon les normes internationales en vigueur. Elle s'engage à retourner les documents au propriétaire dans les délais du plan de travail.

- supervise le travail et sa mise en ligne du fonds d'archives.

 

Prestations du propriétaire du fonds d'archives :

- le propriétaire confie le travail de mise en valeur à la Fondation.

- le propriétaire s'engage à mettre provisoirement à la disposition de la Fondation (le cas échéant par lots successifs) certaines parties de son fonds d'archives, selon un plan de travail et un budget précis.

- les travaux déjà engagés par le propriétaire, conditionnement, classement, restauration, inventaires et autres sont considérés comme une prestation du propriétaire pour l'ensemble du projet.

- le propriétaire autorise la Fondation :

- à inventorier et numériser les documents remis. (Les travaux de cotation, d'inventaire et de pagination se font sur place ou dans les bureaux de la Fondation par un des nombreux professionnels engagés pour les missions de la Fondation). (Afin de minimiser le coût du projet, il est envisageable que le propriétaire numérise par ses propres moyens, selon les standards de numérisation de la Fondation, les documents qui ne nécessitent pas de traitement particulier).
- à publier sur un site Internet, en principe www.digi-archives.org, l'inventaire et les documents numérisés.
- à établir une copie de sécurité, propriété de la Fondation.

- il s'engage à être le seul représentant de son fonds et seul interlocuteur vis-à-vis de Digi-Archives et de la Fondation durant la durée du projet.

 

Pour tous renseignements : Email : info@digi-archives.org

 

 

Retour au sommet de la page


 

SOUTENEZ LA FONDATION !


Comment ?

En devenant Ami de la Fondation, vous nous aiderez à atteindre nos objectifs : sauvegarder, conserver, classer, inventorier, restaurer, mettre en valeur, publier et diffuser les archives historiques. Nous avons besoin de chacun de vous afin que tous les trésors contenus aux Archives puissent être prochainement consultables sur le futur site de la Fondation.

 

Tableau d'honneur des donateurs

Les versements sont cumulés dans le temps et le nom du donateur est inscrit sur notre tableau d'honneur .


CLEF DE BRONZE, pour des donations cumulées de Fr. 1'000 à 3'000.-
CLEF D'ARGENT, pour des donations cumulées de Fr. 3'000 à 5'000.-
CLEF D'OR, pour des donations cumulées de Fr. 5'000 à 25'000.-


À partir de Fr. 250.-, les donateurs figurent sur une liste des Amis de la Fondation qui sera tenue à jour et régulièrement publiée.


Institutions, sociétés, privés


GRANDE CLEF DE BRONZE, pour des donations cumulées de Fr. 25'000 à 50'000.-
GRANDE CLEF D'ARGENT, pour des donations cumulées de Fr. 50'000 à 100'000.-
GRANDE CLEF D'OR, pour des donations cumulées à partir de Fr. 100'000.-

 


Fondation des Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice
Case postale 34
CH - 1890 Saint-Maurice
CCP 17-621877-8

 

Email : info@digi-archives.org

 

 

Retour au sommet de la page

Valid HTML 4.01 Transitional